Information Participative

Ce blog est le cheminement collectif, depuis septembre 2005 et réalisé le 1er mai 2009 à l’initiative de Médias-Citoyens-Diois (MCD association loi 1901), soutenue par la Région Rhône-Alpes, d' un service public local d’informations et d’échanges avec la population. Outil par et pour les habitant(e)s du Diois, comme du Val de Drôme, au service de nos deux territoires, il est ouvert à chacune et à chacun, individus, associations, institutions et élus. Pour envoyer une information nous avertir d'un sujet de reportage, nous faire parvenir une brève de votre village ou un article … un simple mail (mediascitoyensdiois@gmail.com ou rubrique « Nous écrire »). Vous avez la possibilité de rejoindre l’association MCD et de devenir contributeur bénévole permanent…Rien de plus simple : faites vous connaître par un simple mail d’intention. En retour nous vous ferons parvenir les modalités pratiques (codes d’accès contributeurs, conditions d’adhésion…) et nous pourrons vous aider (entraide, formations…) à lire et comprendre les médias, à rédiger un article, réaliser un enregistrement audio ou tourner et monter une courte vidéo.

Une page "débats" avec des articles de fond est ouverte sur :

http://mediascitoyensdioisdebats.blogspot.com

dimanche 20 octobre 2013

Montélimar : 2500 personnes contre les gaz et huiles de schistes...



Montélimar–Drôme : 2 500 personnes pour dire non à la fracturation hydraulique
(Photos : La validation par le Conseil constitutionnel le 11 octobre d’une loi interdisant en France la fracturation hydraulique (utilisée pour extraire du sol le gaz de schiste) ne signifie pas la fin du combat. Photo /Stéphane Marc).
Ils sont venus de loin, de l’Hérault, du Gard, du Rhône, d’Ardèche ou encore du Vaucluse pour dire non à l’exploration et à l’exploitation du gaz de schiste. Ce sont donc 2500 personnes qui ont manifesté tout l’après-midi de samedi dans le centre-ville, décrétée journée internationale contre la fracturation hydraulique.
Plus de 200 mobilisations étaient en effet programmée dans 25 pays. 2 500 manifestants ont envahi les rues montiliennes samedi, décrétée journée internationale contre la fracturation hydraulique pour le gaz de schiste. Manif anti-gaz de schiste à Montélimar :
"Nos paturages valent mieux que vos forages"

"Montélimar fait des nougats, le gaz de schiste fera des dégâts", scandaient les protestataires dans les rues de Montélimar ce samedi. Plus de 2 500 personnes venue de Drôme, Hérault, Var, Ardèche et même de Pologne et d'Angleterre, ont manifesté samedi après-midi dans une ambiance bon enfant, dans le centre de Montélimar, contre l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste à l'occasion de la journée internationale contre le "fracking".
"Le gaz de schiste, on n'en veut pas, ni ici, ni ailleurs, ni aujourd'hui, ni demain", "Nos paturages valent mieux que vos forages" ou encore "Montélimar fait des nougats, le gaz de schiste fera des dégâts", scandaient les 3 500 personnes protestataires selon les organisateurs.
Vêtus pour certains de combinaisons blanches ou portant des masques à gaz, les manifestants brandissaient des banderoles et des pancartes proclamant "Non au gaz et huile de schiste". D'autres portaient de grands draps noirs, simulant une marée noire provoquée par le pétrole de schiste. Parvenus devant le théatre de la ville, ils se sont allongés à terre pendant deux minutes, tandis qu'une sirène retentissait pour symboliser les dangers du gaz de schiste pour les populations.
Des manifestants de l'Hérault et du Gard
De tous âges, originaires du sud de la France : Var, Hérault, Gard, Drôme et Ardèche, ils répondaient à l'appel de plusieurs collectifs "Stop aux gaz et huile de schiste". Quelques-uns étaient venus du village de Zurawlow (sud-est de la Pologne) et de Balcombe (sud de l'Angleterre), deux sites concernés par l'exploitation controversée du gaz de schiste.
Fracturation hydraulique interdite : un soulagement, mais...
Ces manifestations surviennent alors que le Conseil constitutionnel a validé le 11 octobre une loi de 2011 interdisant en France la fracturation hydraulique, technique utilisée pour exploiter les gaz et pétrole de schiste, adressant une fin de non-recevoir aux industriels.

"L'avis du Conseil constitutionnel nous soulage mais nous restons opposés à l'article 2 de la loi Jacob (de juillet 2011, ndlr) qui permet l'expérimentation. La vraie question ce n'est pas seulement le gaz de schiste, c'est l'énergie carbonnée responsable du réchauffement climatique", a déclaré Alain Volle, porte-parole des collectifs.
Il faut dire que l'interdiction de la fracturation hydraulique ne ferme en rien la porte aux expérimentations comme l'a souligné  Anne Lauvergeon (ex-Areva) dans un rapport remis au Président.
Partis peu après 14 h 30 du centre-ville, le cortège accompagné de petits orchestres a défilé calmement dans les rues pendant plus d'une heure et demie. En tête, plusieurs élus locaux, ceints de l'écharpe tricolore, dont le maire de Villeneuve-de-Berg (Ardèche), Claude Pradal.
Le 26 février 2011, une manifestation contre le gaz de schiste avait rassemblé sur cette commune plus de 10 000 personnes. José Bové, fer de lance de la contestation et porteur de cette lutte au niveau Européen était au rendez vous.
MCD


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire